Jeux de SociétéCartes à collectionnerFigurinesDés et AccessoiresJeux de rôleCasse TêtesLittératureWargamesJouetsPuzzleOccasion
Accueil / Catalogue / Critiques
        
  |     |  
 S'enregistrer
Se connecter
  |  
Commander
RECHERCHER
Recherche avancée
EDITEURS
plus
Little Live Pets: Papillon Ailes Precieuses -2

Little Live Pets: Papillon Ailes Precieuses -2


12.90EUR 10.46EUR
Expire dans : 30 Jour(s)
plus
Go West

Go West


25.90EUR 18.00EUR
plus
La Révolte Ethérique : Deck De Planeswalker Tezzeret
La Révolte Ethérique : Deck De Planeswalker Tezzeret
13.90EUR
La Révolte Ethérique : Deck De Planeswalker Ajani
La Révolte Ethérique : Deck De Planeswalker Ajani
13.90EUR
La Révolte Ethérique : 1 Booster
La Révolte Ethérique : 1 Booster
3.80EUR
La Révolte Ethérique : Boite De 36 Boosters
La Révolte Ethérique : Boite De 36 Boosters
122.00EUR
Guildes Bad Taste Games
Guildes Bad Taste Games
17.90EUR
Ultimate Guard Tarot Deck Case 70+ Noir
Ultimate Guard Tarot Deck Case 70+ Noir
2.21EUR

Bruce Lee statuette 1/12 Official Bruce Lee 18 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
95.10EUR

Gears of War 4 figurine Color Tops JD Fenix 18 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
25.45EUR

The Legend of Zelda Skyward Sword statuette PVC 1/7 Link 20 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
205.58EUR

Miss Peregrine et les Enfants particuliers Figurine POP! Movies Vinyl Emma Bloom 9 cm ---
14.22EUR

Arrow Figurine POP! Television Vinyl The Arrow 9 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
13.73EUR

Gilmore Girls POP! TV Vinyl Figurine Lorelai Gilmore 9 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
14.22EUR

Star Wars Rebels POP! Vinyl Bobble Head Ahsoka 9 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
16.27EUR

DC Comics Bombshells statuette Holiday Wonder Woman 27 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
93.71EUR
Ultimate Guard French Tarot Deck Case 80+ Noir
Ultimate Guard French Tarot Deck Case 80+ Noir
2.21EUR

Marvel Comics figurine 1/4 Deadpool 45 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
135.72EUR
Star Wars L'Ere De La Rebellion : Bastions De La Résistance
Star Wars L'Ere De La Rebellion : Bastions De La Résistance
42.95EUR
Star Wars L'Ere De La Rebellion : Alliés De Circonstances
Star Wars L'Ere De La Rebellion : Alliés De Circonstances
32.95EUR
Star Wars Force Et Destinée : Chroniques Du Gardien
Star Wars Force Et Destinée : Chroniques Du Gardien
32.95EUR
Star Wars Destiny : Booster L'Ame De La Rébellion
Star Wars Destiny : Booster L'Ame De La Rébellion
2.90EUR
INFORMATIONS
Catalogue
Réductions
Frais de livraison
Confidentialité
Conditions d'utilisation
A propos de nous
Nous contacter
LIENS
Suivez vos colis
Lire ce que les autres en disent
 Les jeux récemment notés  Les avis d'un blog :  Les avis de l'équipe Ludibay :
Gus&Co, c’est une équipe d’organisateurs d’évènements ludiques, de rédacteurs sur ce blog, de gérants du Bar à Jeux de Genève, toute une constellation de créatifs et d’actifs qui ont des tifs. Enfin, pas tous.
Watson & Holmes
8/10
Un bien étrange mélange

Décidément, les Space Cowboys ont une actu chargée en 2016-2017. Entre scénarios pour Time Stories, Hit Z Road, Via Nebula, les revoici avec cette réédition d’un jeu espagnol sorti en octobre 2015. Avec la VF Space Cowboys en décembre 2016

Créé par l’auteur espagnol Jesús Torres Castro, Watson et Holmes est sorti à Essen 2015 en VO (anglais) chez Ludonova, et aujourd’hui une année plus tard en VF chez les Space Cowboys. Avec une refonte esthétique totale : nouvelles illustrations, nouveau design, nouveau graphisme.

Pour 2 à 7 joueurs, Watson & Holmes est un jeu de déduction (et d’enfoirés aussi un peu) compétitif, absolument pas coopératif donc, à ne pas confondre avec Sherlock Holmes Détective Conseil. Même si ce dernier est également aujourd’hui également réédité également par les Space Cowboys également. Donc non, les deux jeux n’ont rien rien à voir, si ce n’est évidemment le thème.

Et comment on joue?

Watson & Holmes propose 13 scénarios inédits. 13 affaires. On commence par en choisir une, que personne à la table ne connaît, sachant qu’elles deviennent de plus en plus corsées.

Et comment on joue?

Chaque affaire repose sur un certain nombre de cartes. Ces cartes représentent des lieux, des informateurs. On place ces cartes face cachée sur la table. On passe alors sa partie à se balader de lieu/carte en lieu/carte, et dès qu’on pense avoir obtenu suffisamment d’informations sur l’affaire, on peut alors décider de tenter la résolution.

Et comment on joue?

Le jeu est composé de deux phases: chaque joueur se place sur une carte/lieu/personnage. Puis on passe à la phase d’enquête, la lecture secrète des informations présentes sur sa carte/lieu/personnage.

Pour se déplacer sur les lieux/cartes, on déplace sa figurine sur le lieu convoité. Un seul joueur par carte/lieu. Tout simplement.

Sauf qu’il ne peut y avoir qu’un seul joueur par carte. Et on encoure le risque d’en être délogé. Si on décide d’investir un certain nombre de pions « calèche », pour représenter sa vitesse, on accroît ses chances d’y demeurer. Et d’acquérir ainsi la possibilité d’en lire le verso en secret dans la prochaine phase.

Si un autre joueur veut vous expulser, il doit alors placer plus de jetons « calèche » que vous. Et vous devrez alors voir ailleurs si vous y êtes. Ou revenir, mais avec encore plus de jetons.

Vous l’aurez compris, il s’agit donc d’un jeu d’enchères par expulsion. Oui, comme dans Cyclades, Amun-Re, Peloponnes ou Evo.

Et comment on gagne?

Le but du jeu est d’être le premier à résoudre l’affaire en cours. En répondant correctement à toutes les questions relatives à l’enquête.

Et si on s’est fourvoyé le doigt dans l’œil jusqu’à l’omoplate? Non, le tueur n’était pas le colonel moutarde dans la salle à manger avec un chandelier. On est alors éliminé. Les autres joueurs continuent à jouer jusqu’à ce qu’il y en ait un qui ait résolu l’affaire.

Éliminé, vraiment? Pas terroche, ça.

Non.

Enfin, pas vraiment éliminé.

Ce joueur « éliminé » jouera le rôle de Sherlock et pourra désormais communiquer certaines informations cruciales mais non moins croustillantes. Il devient alors une sorte de MJ/IA. Donc non, pas vraiment éliminé. Toujours présent, mais en même temps moins présent.

Il vaut donc mieux attendre avant de faire/dire n’importe quoi sur l’affaire. Tout en se grouillant quand même pour être le premier à la résoudre.

Un jeu d’enfoirasses quand même un peu

En effet.

Car pour peu qu’on ait fait l’acquisition d’un jeton « police » on peut le déposer sur une carte pour la rendre plus difficile d’accès. Pour s’y placer, les autres devront être en possession d’un jeton « crochetage » ou « rappel » (et encore, le crochetage ne fonctionne pas partout…). Sinon, impossible de consulter les informations, la carte est bloquée/protégée.

Oui, ça s’appelle mettre des bâtons dans les roues. Taquin. Malin. Piquant.

Et à combien y jouer?

Watson & Holmes peut se jouer de 2 à 7 joueurs, avec quelques aménagements, i.e. des cartes/lieux/personnages qui se rajoutent ou s’enlèvent selon le nombre de joueurs.

A 2, le jeu est dans l’affrontement direct, dans une course poursuite effrénée et tendue. Extrêmement jouissif.

A 3-5 le jeu passe aussi très bien, la tension est palpable.

Mais à 6-7, la toute première phase, celle d’enchères, devient trop longue et poussive. Presque un jeu en soi. Alors certes, plus il y a de joueurs et plus l’interaction est forte (enchères, course pour finir), mais plus cette phase-ci s’embourbe. Pas un must.

Un jeu kleenex?

Comme dans Time Stories, les formats Legacy ou Sherlock Holmes Détective Conseil, et maintenant Watson & Holmes, la mode est décidément dans ces jeux à durée de vie limitée. Une fois les 13 affaires résolues, le jeu est épuisé. Fini. Byebye. Poubelle.

Et alors? Nous n’allons pas ici re-re-re-relancer le débat. Mais si quand même un peu. La plupart des objets de consommation culturels le sont eux aussi, limités. A moins de relire un livre. A moins de revoir un film. A moins de revoir une pièce de théâtre. Mais en principe et en règle générale, une fois consommé, l’objet devient… délétère. En tout cas dans les faits, ni dans l’expérience, les souvenirs ou les émotions.

Alors non, ça ne gêne pas plus que cela qu’un jeu de société le soit aussi. Au contraire, même. Cela le rend… différent, unique, précieux. Une véritable expérience. Si vous avez déjà joué à Pandémie Legacy, vous voyez de quoi je veux parler.

Après la sortie de Time Stories et le manque cruel d’un scénario de démo / d’essai, les Space Cowboys ont cette fois corrigé le tir et proposent pour Watson & Holmes un scénario léger d’intro pour essayer le jeu, sans déflorer l’une des 13 enquêtes. Une 14e affaire pour rookies, somme toute. Presqu’un prélude. Le scénario sera offert aux boutiques. Et peut-être plus tard offert en téléchargement sur le site des Space Cowboys.

Alors, Watson & Holmes, c’est bien?

Oui, terriblement. La qualité artistique propre aux Space Cowboys est juste comme toujours irréprochable! Ils ont bien fait de pimper tout le matos du jeu original, un peu trop… ou pas assez… bref, vraiment pas autant pareil. Elle permet aux joueurs de s’immerger dans l’univers sherlockholmesien slash victorien slash le plastique sépia c’est fantastique.

Et la boîte. Superbe. Exactement comme le reboot de SHDC, Watson & Holmes des Space Cowboys est inséré dans une boîte-écrin qui confère au tout une impression classy, dandy, presque littéraire. Pour changer des boîtes en carton souvent vides ou bourrées de ziplocks cheap.

Et comme très souvent avec les jeux Space Cowboys (Time Stories, Sherlock Holmes Détective Conseil reboot), le jeu propose une thématique forte pour une immersion profonde.

Alors oui bon certes, si on veut couper les cheveux en quatre, Watson & Holmes n’est PAS un jeu Space Cowboys en soi, puisqu’il s’agit d’un jeu espagnol sorti en 2015 chez Ludonova. Mais les SC ont quand même décidé de s’en emparer pour le localiser pour notre plus grand plaisir de francophones.

Alors, Watson & Holmes, c’est vraiment aussi bien?

Pas forcément.

Car le mélange est bien étrange.

Cette bouillabaisse entre jeu de gestion (acquisition de ressources/jetons), d’enfoirés (je peux mettre des bâtons dans les roues des autres joueurs en rendant certains lieux/cartes plus difficiles d’accès), d’enchères (combien je suis prêt à investir) et de jeu d’enquête (déduction, réflexion) ne pourra pas plaire à tout le monde. Un peu le jeu entre deux chaises.

Mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Le jeu fonctionne bien. Extrêmement simple, fluide et instinctif, on a vraiment l’impression de vivre une aventure, d’être plongé dans une enquête. Un excellent jeu avec lequel on passe un excellent moment à se torturer les méninges pour résoudre d’excellentes enquêtes.

N’empêche, on passe sa partie tiraillé entre gestion de ressources et enchères, et déduction et immersion. Si on préfère s’affranchir de tout ce gameplay, enchères, ressources, Sherlock Holmes Détective Conseil représente une bien meilleure option. Plus libre, plus narrative, plus immersive. Si par contre on cherche un jeu compétitif, et surtout plus court (Watson dure entre 1 et 2h max, avec Sherlock il faut bien compter 2-3h. Voire 4h), Watson & Holmes fera le cadeau parfait (à soi-même?) en cette fin d’année.

Par le blog Gus&Co, le 23/11/2016
Horreur A Arkham : Le Jeu De Cartes
9/10
Un énorme potentiel

Horreur à Arkham (HàA) le jeu de cartes évolutif (JCE) est sorti en novembre 2016 chez FFG / Asmodée.

Pour 1 à 2 joueurs, il s’agit d’un jeu de cartes coopératif dans lequel les joueurs incarnent des investigateurs en prise avec le Mythe de Cthulhu inventé par l’écrivain américain HP Lovecraft. Jusque-là rien de bien original.

Des jeux dans le Mythe de Cthulhu, il y en a déjà des palettes chez FFG: jeu de cartes évolutif compétitif, jeux de plateau, jeu de dés. Et j’en oublie certainement.

Et pareil pour les JCE: dans l’univers du Trône de Fer, du Seigneur des Anneaux, de Star Wars, de Warhammer et de Warhammer 40’000. Et j’en oublie certainement.

Alors qu’est-ce qui change dans Horreur à Arkham le JCE?

Tout.

Ou rien.

Facile comme réponse.

Commençons par ce qui ne change PAS

C’est un jeu coopératif. Donc comme dans tous les jeux coopératifs, il y a une phase du « grand méchant virtuel », la phase du Mythe de Cthulhu dans Horreur à Arkham pendant laquelle les joueurs activent la menace. En réalité, il tirent chacun une carte du deck de rencontre dans lequel se baladent féroces ennemis et sombres événements. Puis un jeton « fatalité » qui se rajoute au scénario en cours pour représenter l’avancée inéluctable du temps et du destin funeste des investigateurs.

Et comme dans le JCE du Seigneur des Anneaux, les joueurs sont plongés dans un scénario, un récit composé de plusieurs actes dont le but final est d’arriver à son terme: exploration, fuite, récupération d’un objet, nettoyage du boss final. Tout dépend.

Tout est dans le titre. Horreur à Arkham le JCE est le portage en jeu de cartes et évolutif du fameux jeu de plateau éponyme sorti en 2006, qui a connu ensuite une version simplifiée (et mondiale) sortie en 2014 intitulée les Contrées de l’Horreur. Donc on retrouve tous les poncifs du genre: apparition d’ennemis, lieux à visiter, indices à récolter. Peu original. Peu de fraîcheur. Surtout en 2016. On a fait le tour.

Même le gameplay est standard et sans grande surprise:

Une phase du Mythe (énoncée plus haut)

Une phase des joueurs, qui disposent chacun de 3 actions:

Se déplacer de lieu en lieu (représentés par des cartes, avec des symboles pour signifier leur adjacence)

Jouer une carte de sa main en payant son coût en ressources

Combattre un ennemi

Engager un ennemi

Piocher une carte de son deck

Prendre une ressource

Faire un jet de TOC enquêter, pour prendre un jeton « Intrigue ». Pareils que dans le JCE SdA et ses jetons « quêtes », ces jetons permettent de progresser dans le scénario.

S’échapper d’un ennemi

Activer un pouvoir spécifique d’une carte

Puis une phase des ennemis, qui attaquent

Puis enfin une phase d’entretien: piocher une carte, relever toutes les cartes utilisées, recevoir une ressource.

Bref, rien de très original.

Alors, Horreur à Arkham le JCE, un jeu sans intérêt?

Continuons avec TOUT ce qui change

Horreur à Arkham le JCE est peut-être le meilleur JCE sur le marché. Parce qu’extrêmement immersif.

Les textes de mise en situation sont incroyables. Riches, littéraires, angoissants. Ils vous catapultent aussitôt dans l’intrigue. Et kudos pour la traduction française irréprochable réalisée par EDGE, engagé pour le coup par Asmodée, éditeur officiel cette fois (oui, Asmodée retire peu à peu le tapis sous EDGE. Déjà le cas avec Star Wars Rébellion).

Comme vu plus haut, les règles sont extrêmement simples. Le jeu s’explique en 5′. Tout est extrêmement fluide. Streamliné, pour se la raconter pro.

Le système des actions est instinctif et pour une fois sans dé. Non, aucun lancer de dés. On aura beau chercher, aucun dé n’est fourni avec le jeu.

Pour effectuer une action, on oppose la caractéristique de son perso à la difficulté de l’ennemi ou du lieu qu’on va devoir égaliser ou dépasser pour: combattre, échapper, fouiller. Et on va pouvoir jouer des cartes pour augmenter ses chances. Simplissime. Trop? Aucun hasard? Aucun retournement de situation? Aucune tension? Aucune surprise?

Si, quand même.

Juste avant de résoudre l’action, on tire un jeton d’un récipient opaque. Jetons que l’on aura préparés avant la partie, et selon la difficulté choisie: du facile au plus hardcore. Des jetons -1, -4, +1, qui vont changer le total final, même des jetons qui vont présenter des effets spécifiques et bouleversants selon le scénario, sa difficulté et les personnages. Donc oui, beaucoup de rebondissements. Et tant mieux. Alors oui, il y a du hasard. Mais maîtrisé puisqu’on peut quelque peu augmenter ses chances avant le tirage.

Et rien de tel qu’un retournement de situation pour rendre la partie épique et mémorable. On se souviendra plus des échecs retentissants que des réussites flasques. Et l’avantage du système de jetons, au contraire des dés, c’est de pouvoir « individualiser » les scénarios avec les symboles et les proba. Une mécanique captivante et originale!

Et à combien y jouer?

Le jeu peut se pratiquer tout seul ou à deux. Ou comme avec le JCE du SdA, à 3-4 avec une seconde boîte de base. Mais il ne faut pas se leurrer, à 3-4 le jeu devient beaucoup trop lent et perd de son intérêt. Inutile d’investir dans une seconde boîte.

Si vous cherchez un jeu à 3-5 joueurs, également dans le Mythe de Cthulhu, également coopératif, préférez les plateaux (Horreur à Arkham, Les Contrées de l’Horreur, Les Demeures de l’Épouvante en semi-coop).

Alors, Horreur à Arkham, c’est bien?

Oui, vraiment. En tout cas à l’heure actuelle pour sa boîte de base. Pour autant qu’on favorise l’immersion à la technique, l’aventure au gameplay. Horreur à Arkham fait la part belle à l’aspect narratif. Tout ce qui est stat, pouvoirs, tactique et stratégie sont relégués au second plan.

On prend quelques décisions certes, on joue des cartes, des soutiens, du matos, mais au final, ce qui captive dans le jeu, c’est d’être aux prises avec les Grands Anciens, leurs funestes plans et leur cohorte de créatures et de cultistes. Presque du jeu de rôle, mais sous format de cartes et avec évidemment beaucoup, beaucoup, beaucoup moins de liberté.

On pourrait presque faire un rapprochement entre Horreur à Arkham et Time Stories. Deux jeux de cartes qui mettent en avant le narratif et moins la technique. Les deux reposent également sur un matériel très ramassé: à peine quelques cartes, à peine quelques jetons. Dans ces deux jeux on se sent propulsé dans une péripétie palpitante et éprouvante. Et tant mieux. C’est pour ça qu’on fait du jeu de société, pour vivre des expériences, des émotions. Pas pour réaliser des tableurs Excel afin d’optimiser ses prochains coups. On ne peut être que mi-sidéré, mi-admiratif devant tant d’ingéniosité, qu’avec quelques bouts de papier, de carton, on se laisse ainsi émerveillé.

Mais

Soulevons toutefois un gros point noir du jeu. Le même que l’on a déjà relevé à l’époque avec les Demeures de l’Épouvante première édition (la seconde est en passe de sortir en VF fin 2016. Avec une app assistante. Chouette). La mise en place. Extrêmement fastidieuse.

Pour chaque campagne il faut retrouver certaines cartes spécifiques du deck principal. Et ça prend des plombes. Pareil pour les différentes créatures que l’on va devoir réunir dans le deck de rencontres. Le même souci que dans le JCE SdA. Et ça prend des plombes.

Allergiques à une longue mise en place, passez votre chemin. C’est fastidieux, rébarbatif. On aimerait pouvoir presser un bouton et hop tout est déjà fait. Mais souvent, prendre son temps pour construire le scénario décuple l’anticipation, l’excitation. On appréhende. On redoute. On imagine.

Rédiger une critique d’un jeu évolutif est un exercice périlleux. Creux, même. Vous voudriez lire la critique du tout premier chapitre d’un livre, vous? Ou les dix premières minutes d’un long-métrage?

Soyons lucides, tout l’intérêt d’un JCE repose sur son aspect évolutif. Lapalissade. La boîte de base ne propose qu’une grosse campagne, plusieurs scénarios mis bout à bout. Une fois achevée, la boîte et son achat perdent de leur intérêt. Il faudra donc prévoir d’investir dans les (très nombreux, faut pas se leurrer) futures extensions: nouveaux personnages, nouvelles cartes, nouveaux pouvoirs, mais surtout, nouveaux scénarios.

N’acheter que la boîte de base, oui, pourquoi pas. Mais on en aura très vite fait le tour. Tout l’intérêt du jeu réside dans son évolution. Du jeu, des personnages, des pouvoirs, des ennemis, des aventures. Reste à savoir si vous êtes prêts à vous lancer dans cette nouvelle aventure. Aussi onéreuse que passionnante. Il est temps de prendre rendez-vous avec son banquier ou un bon trafiquant d’organes. D’autant que suite à la récente annonce de l’arrêt brutal de tous les JCE Warhammer (il y en avait 3), dû à la perte de licence avec Gameworkshop, on peut s’attendre à ce que FFG pousse vraiment à fond ceux qu’il leur reste, i.e. SW, SdA, Netrunner, TdF et CoC.

Si le jeu révèle pour l’instant un très bon potentiel, pour son immersion, pour ses règles fluides, pour son matériel, voyons comment le jeu s’inscrira dans la durée.

Va-t-il proposer des scénarios ébouriffants, palpitants, effrayants? Ou juste extrêmement répétitifs à la PMT (=porte-monstre-trésor)? La balle est dans le camp de FFG/Asmodée.

On refait un point dans une année?

Par le blog Gus&Co, le 23/11/2016
Ra
6/10
Presque le meilleur jeu d'enchères. Presque

Râ, nouvelle édition, c’est la réédition de ce « vieux » jeu d’enchères créé par Reiner Kinizia sorti en 1999 (avec une petite réédition en 2006).

Cette nouvelle édition est sortie en juin 2016 en VO chez Windrider Games, le nouveau studio de développement américain qui va rééditer des jeux, et en VF chez EDGE en août. Pour 2 à 5 joueurs. Mais à combien y jouer? On vous en parle plus bas.

De quoi ça parle?

Dans Ra, les joueurs sont plongés dans l’Egypte Antique et doivent développer leur civilisation en construisant (aka achetant) des temples, des bâtiments, des ouvriers, en faisant appel au dieu Ra, le Dieu Soleil.

Bon, autant dire que le thème est… complète collé et inutile. On aurait pu jouer avec des plombiers dans le 5e arrondissement, ou des livreurs de pizzas à Genève.

D’ailleurs, la preuve, le jeu est ressorti en 2004, allégé, sous forme de jeu de cartes. Razzia! En gros, le même jeu, mais avec des mafieux.

Ra, ça marche comment?

A son tour on a trois possibilités:

Lancer une enchères.
Piocher une tuile et la mettre à disposition sur le plateau pour la future enchère.
Défausser une des ses tuiles Dieu précédemment acquise lors d’une enchère pour acquérir une tuile disponible sur le plateau.
Sachant que:

Une fois tous les emplacements pour les tuiles recouverts, une enchère est obligatoirement lancé.
Il existe des tuiles spéciales, rouges, Ra, qui une fois piochées lancent automatiquement une enchère.
Chaque joueur ne peut remporter que trois enchères. Il ne peut ensuite plus participer et doit attendre la prochaine époque slash manche.

Enchères?

Chaque joueur dispose de trois tuiles numérotées, équitablement distribuées par joueur au début de la partie. Quand une enchère est initiée, c’est celui qui l’a lancée qui enchérit en dernier. Et comme il n’y a qu’un seul tour d’enchère, il a donc un sérieux avantage.

Scoring?

Ra se joue en trois époques, avec trois décomptes: le plus de temples, les rivières scorées si on possède aussi une crue, etc. Et un décompte particulier pour la toute fin de jeu (bâtiments+jeton d’enchères). Certaines tuiles acquises restent toute la partie jusqu’à la fin, d’autres sont défaussées après décompte entre chaque époque.

Une grosse, grosse salade de points de victoire puisqu’on gagne des points de tous les côtés. Avec les bâtiments, mais semblables, avec les ouvriers, mais différents, avec les rivières, avec ci, avec ça.

Au final, le plus compliqué dans le jeu n’est pas de comprendre la mécanique de base mais son scoring, très fouillé. Heureusement que chaque joueur dispose d’une fiche de rappel.

Et le matériel?

Le gros, gros changement entre cette édition 2016 et celle de 1999 est bien évidemment son matériel. Car oui, en 17 ans, le souci esthétique et artistique des jeux de société ont changé.

La version de 2006 (en gros pareille à celle de 1999), comparée à celle de 2016
Tout a été refait pour conférer au jeu une esthétique plus… cohérente, plus EgypteAntique-like, plus parchemin, moins clipart.

Et c’est là que la bât blesse.

Si on gagne en cohérence, en esthétique, avec un filtre « parchemin et couleurs surannées », on perd en lisibilité, en fluidité. Les tuiles bâtiments sont très similaires, et comme on remporte des points pour des bâtiments semblables, on perd beaucoup de temps à tout revérifier. Pareil pour les ouvriers. Peu agréable, le jeu perd en fluidité, en rapidité.

Et je ne vous explique même pas si on joue en condition de basse lumière, ça devient encore pire!

Un autre souci?

Oui. Les règles. Bien écrites, mais extrêmement peu didactiques.

Le tout est rédigé presque au kilomètre, et c’est bien dommage, du coup on perd (aussi) en lisibilité et on peut passer à côté d’un point de règle essentiel.

Si ce nouveau studio Asmodée a comme ambition de rééditer de vieux jeux, en apportant une refonte surtout esthétique, il pourrait aussi faire un effort pour proposer des règles aérées, didactiques, plus claires. Dans Râ ça fait vraiment pâté. Ça fait « débrouillez-vous ». Étrange, pour du Asmodée…

Et à combien y jouer, au fait?

La version d’origine ne permettait que des parties à 3 à 5. Celle de 2016, dès 2 joueurs. Comment est-ce possible? Ils ont en fait adapté l’adaptation de 2004, Razzia, qui peut aussi se jouer à 2.

Et à 2, c’est bien?

Non.

Le jeu est meilleur à 4 ou 5, pour que la tension soit à son comble. Bien que, à 5, ça se discute, car une fois qu’un joueur a remporté trois enchères et grillé ses trois jetons, il ne peut plus rien faire d’autre qu’attendre la fin de l’époque, et ça peut être long. Il peut toujours se taper la vaisselle, en attendant.

Mais finalement, c’est bien?

Oui.

Ra est un excellent jeu d’enchères. Sans doute l’un des meilleurs. Une fois le scoring complexe et sa salade de points de victoire compris, sa mécanique de « stop ou encore » rend le jeu tendu, dans lequel chaque tour, chaque décision s’avère cruciale.

Faut-il lancer une enchère, même s’il y a peu de tuiles dispo? Ou attendre que l’offre s’étoffe, avec le risque qu’un autre joueur en lance une ou qu’une tuile Ra ne sorte? Ou que des tuiles calamités (oui, il y en a!) viennent pourrir l’offre?

Tendu du slip, on vous dit.

Mais vraiment dommage que le matériel de 2016 soit aussi peu ergonomique, aussi peu lisible. Alors oui, il est cohérent, artistique, presque. Mais au final, peu jouable, à force de se prendre la tête à devoir faire des fouilles archéologique minutieuses sur chaque tuile. Avec le risque de jouer « au petit bonheur la chance », et de prendre un peu n’importe quelle tuile sans vraiment savoir ce qu’on achète.

Par le blog Gus&Co, le 17/08/2016
Star Wars : Rebellion
9/10
Tu bluffes Leia

Star Wars Rébellion (SWR) est sorti tout début juillet 2016 en VF chez Asmodée (et non pas chez EDGE, pour une fois. Bien que quand même traduit par EDGE…), créé par Corey Konieczka, poulain de l’écurie FFG derrière les blockbusters que sont Forbidden Stars, Imperial Assault (du Descent-like à la sauce Star Wars), Battlestar Galactica, et bien d’autres. Derrière Rébellion on sent bien l’auteur expérimenté, mais surtout l’équipe de développement solide de chez FFG.

Pour 2 à 4 joueurs, d’une durée de 180 à 240 minutes, dès 14 ans. Oui, un très gros jeu.

C’est Star Wars. III.5, pour être précis. Autrement dit, l’Empire est déjà bien établi dans la Galaxie, et on est train de finir la peinture de l’Etoile de la Mort. Quelques années après l’épisode III, et juste avant le IV. Pendant Rogue One, plus exactement.

Dans SWR, un joueur (ou une équipe, si on joue à plus de 2) contrôle l’Empire, et l’autre la Rébellion. Le but de l’Empire est de découvrir la base rebelle pour l’anéantir, tandis que celui des Rebelles est d’étendre leur influence dans la Galaxie. Histoire de pouvoir compter sur le plus de soutien.

SWR est hyper-thématisé, on se sent vraiment immergé dans la saga!

Comme d’habitude avec FFG, les figurines du jeu et les illustrations sont somptueuses!

Si le jeu est (plutôt?) cher, comptez quand même une centaine d’euros, c’est parce que la grosse grosse boîte est bourrée de matos: fig, cartes, plateau, compteurs, etc. Rapport poids-prix, on en a pour son argent.

Et on joue comment?

A son tour, on commence par placer un de ses personnages sur une carte mission que l’on choisit de poser face cachée et que l’on désire activer plus tard. C’est la phase d’affectation, un mélange entre programmation et objectif secret.

Vient ensuite la phase d’ordres, dans laquelle on déplace ses unités sur la plateau et on révèle ses missions. Sachant que les missions de son adversaires peuvent être contrées.

Puis arrive enfin le tour de restauration, dans laquelle on pioche de nouvelles cartes, on récupère ses personnages et on déploie ses troupes. Donc trois phases. Simple.

Comme toujours avec FFG, on a droit à un gros jeu avec des règles épaisses, mais le tout est plus léger qu’il n’en a l’air. C’est la très très grande force de FFG. Proposer des gros jeux complexes aux règles fluides.

Qui dit Star, dit aussi Wars. Oui, il y aura de la baston, forcément. Des combats spatiaux et des combats terrestres. Et oui, le tout est géré par des dés, forcément. Et oui, on pourra influer sur ses tirages, forcément.

On lance autant de dés que ses unités présentes, et les cartes tactiques peuvent impacter sur le combat en cours, soit augmenter soit réduire les dégâts. Simple. Habituel.

Alors, c’est bien?

A 2, c’est tout simplement l’un des meilleurs jeux à 2 actuels (avec 7 Wonders Duel et le Go). A 4, c’est plutôt moyen, parce qu’on perd beaucoup de temps à discuter, et le bluff devient beaucoup plus difficile à gérer.

Du… bluff?

Oui.

Star Wars Rébellion est un gros jeu de bluff. Surtout pour les Rebelles. Ils perdent automatiquement la partie quand l’Empire a découvert, et conquis la base rebelle. Ils doivent donc tout faire pour cacher leur base, choisie en secret en tout début de partie. Sachant que leurs unités déployées en cours de partie risquent de donner de précieuses informations. Oui, comme dans l’épisode V.

Un jeu asymétrique, donc. Pour les Rebelles, il va falloir étendre leur influence sur la plateau en jouant au jeu du chat et la souris avec l’Empire. Et pour l’Empire, réduire l’influence des Rebelles tout en découvrant leur base secrète. Les Rebelles sont plus fragiles, mais plus mobiles. L’Empire, plus puissant mais aussi plus pataud. Le fait que le jeu propose deux factions au jeu complètement différent permettra d’essayer plusieurs tactiques et d’inverser les rôles.

Alors oui, Star Wars n’en a pas fini de voir des produits ludiques dérivés: le jeu de figurines (X-Wing, Armada), le jeu de plateau d’exploration (Imperial Assault), le jeu de rôle (dont le tout nouveau, The Force Awakens, vient juste d’être annoncé), le jeu de cartes (JCE) et enfin, le jeu de dés à collectionner (Destiny, pour novembre 2016, qui vient également d’être annoncé à la Gen Con, une sorte de Quarriors, mais avec des boosters à la Magic). Avec Rébellion, on a ici un jeu de plateau à grande échelle de stratégie, de missions et de conquêtes spatiales.

Oui, décidément, Star Wars entretient une véritable histoire d’amour avec le jeu de société. Et c’est tout à fait compréhensible, puisque le jeu permet l’immersion, l’imagination, la collaboration, et l’univers fantastique de Star Wars est tout à fait approprié!

Star Wars Rébellion plonge véritablement les joueurs dans la saga. Avec les personnages importants, les missions à mener, les unités à déplacer. Plus qu’un jeu, SWR est une machine à rêver, à rêver d’être dans la peau d’un général impérial ou d’un fougueux rebelle. Faut-il être un fan inconditionnel de la saga pour y jouer? Non, pas forcément, mais c’est mieux, pour avoir vraiment l’impression de passer de l’autre côté de l’écran.

Maintenant, soyons honnêtes, Star Wars Rébellion est un gros, gros jeu. Lapalissade. Pas forcément compliqué, mais riche, profond, long. Très. Long. Les joueurs passionnés prêts à s’investir dans un jeu exigeant de plus de deux heures auront énormément de plaisir. Les joueurs qui cherchent un jeu plus léger, plus rapide, s’intéresseront à un autre.

Alors que la dégeekisation des jeux de plateau est en cours, pour taper de plus en plus dans le Familial+, FFG continue de sortir des jeux profonds, exigeants, geeks. Et tant mieux.

Par le blog Gus&Co, le 12/08/2016
Mare Nostrum Edition 2015 : Jeu De Base
9/10
Si Vis Pacem...

Mare Nostrum est l’un de ces jeux cultes sorti dans « l’Antiquité », en 2003, et créé par le talentueux et trop discret auteur de jeu français Serge Laget. Pour 3 à 5 joueurs (avec l’extension, de 2 à 6 joueurs). D’une durée de 90 minutes (comptez tout de même 120-180′ pour votre toute première partie. Après, ça « fonce »).

Lancé sur KS début 2015, avec près de 700’000 USD récoltés, le jeu a connu beaucoup, beaucoup de retard (comme c’est souvent le cas sur KS…). Pour enfin sortir fin juillet 2016.

Dans Mare Nostrum, comme son titre l’indique, on contrôle le destin d’une nation antique dans le pourtour méditerranéen: Grecs, Romains, Babyloniens… C’est un pur jeu de civilisation, très inspiré du classique Civilisation de 1980 (magnifiquement supplanté trente ans plus tard en 2010 par Civilization). Economie, politique, conquête, développement, tout y est.

A part les figurines « unités » bien moulées et spécifiques à chaque civilisation, le reste du matériel est sobre, fonctionnel, plat, austère. « Beauty is in the eye of the beholder », je sais, mais les plateaux joueurs, les héros sur fond noir, les ressources, tout ça manque de brillance, de panache. Peut-on un jour rêver d’une version Deluxe Collector avec des illu revampées et chatoyantes par Coimbra, Biboune? Je signe où?

Maintenant, il semblerait que la version KS contienne des jetons de poker pour représenter les ressources. OK, pourquoi pas, je ne les ai pas vus, j’ai la boîte sortie spécialement à Cannes en 2016. Mais je doute que les illustrations changent beaucoup avec la version de juillet 2016.

Et on joue comment?

5 phases par tour de jeu.

On collecte ses revenus: ressources, impôts
On échange. Chaque joueur place un certain nombre de ressources, et le jeu du ping-pong peut commencer. Je prends chez toi, tu prends ailleurs, qui prend ailleurs, etc.
On achète. Autant qu’on veut. Avec les impôts récoltés. Ou les ressources, pour autant que le pactole contienne des ressources uniquement différentes. Tout le sel du jeu. C’est sympa de récolter 217 ressources semblables, mais ça ne sert à rien. A part pour les échanges.
On déplace ses unités, on cogne. Comment? Chaque unité présente lance un dé. Le total obtenu est alors divisé par 5 (arrondi au chiffre inférieur), ce qui donne le nombre de touches, de blessés chez son adversaire. Facile.
On revendique les trois titres selon son avancée sur les trois pistes: le chef du commerce (celui qui a le plus de caravanes, de marché), le chef politique (celui qui a le plus de cités, de temples), le chef militaire (celui qui a le plus d’unités présentes)
Voilà.

Dit comme ça, le tout paraît clair, mais les règles, même si très claires et didactiques, sont quand même riches et denses.

Et on gagne comment?

Il y a 4 façons différentes de gagner:

militaire: en contrôlant 4 cités de prestige et capitales,
économique: en construisant les pyramides avec 12 (sur 13) ressources différentes ou avec 12 pièces d’impôts,
« technologique »: en construisant et en engageant 4 héros et/ ou merveilles,
politique: en contrôlant les 3 titres, donc en étant le plus loin sur les trois pistes.
Alors, c’est bien?
Oui. Très. Mais c’est très violent aussi.

Alors oui, il y a 4 façons différentes de gagner. Mais soyons lucides. Pour accumuler suffisamment de ressources pour soit engager des héros, soit acheter les pyramides, soit monter dans les pistes, il va falloir s’étendre sur le plateau. Et qui dit s’étendre dit…

C’est vite vu, la grande majorité des héros confèrent des avantages belliqueux.

Mare Nostrum est un jeu violent, tendu, méchant, aux alliances opportunistes et aux trahisons amères. Il faut vraiment voir Mare Nostrum comme un jeu de conquête, avec de la gestion de ressources pour alimenter son développement. Comme le dit si bien l’adage, l’argent est le nerf de la guerre. Sans argent, sans ressources, on se retrouve coincé dans ses stratégies. Et pour les obtenir, il faut conquérir.

Le jeu possède une énorme rejouabilité (i.e. on peut y jouer souvent sans que le jeu devienne répétitif) puisqu’il offre beaucoup de variabilité. On peut bien sûr essayer une autre civilisation, et surtout varier les stratégies: s’orienter sur du pur militaire, ou viser la victoire économique. Très bon. D’autant que les combos des héros / merveilles permettent de tenter des résultats surprenants, divers et plus ou moins efficients.

Donc oui, pour conclure, Mare Nostrum est un excellent jeu, même si servi par un matériel austère. La réédition d’Asyncron est très, très bonne, elle permet de corriger certains soucis de la toute première édition, notamment en terme d’équilibrage et de quelques règles par-ci par-là, notamment:

la contrainte des jetons choisis par le maître du commerce pour éviter les blocages des échanges par un seul joueur.
le coût progressif des héros au lieu d’un coût unique et plus élevé de départ, ce qui permet d’acquérir plus rapidement un héros et bénéficier de son avantage.
dés et résolution des combats au hasard réduit.
deux nouvelles conditions de victoire, les trois titres et les quatre villes, pour offrir plus d’ouvertures stratégiques.
adaptation du plateau pour 3 ou 4 joueurs.
etc. etc. etc. la liste est longue!
Bref, c’est Mare Nostrum 2003, mais en beaucoup, beaucoup mieux. L’auteur Serge Laget a véritablement amélioré son jeu pour nous en offrir la quintessence.

Le jeu est asymétrique. Chaque civilisation commence avec un héros, un leader au pouvoir différent. La tentation serait alors grande de trouver l’un ou l’autre « cheaté » et déséquilibré. Mais ça serait prendre un raccourci facile et maladroit.

Alors oui, les Grecs sont puissants. Alors oui, les Babyloniens aussi. Mais au final, tout dépend de:

la stratégie appliquée
la stratégie de blocage appliquée par les adversaires. Si chacun joue dans son coin, c’est la civilisation qui part avec un avantage militaire de départ qui peut mieux s’en sortir.
Bref, je reste extrêmement sceptique quant à un souci d’équilibrage et de martingale. C’est un peu facile. C’est comme avec le hasard. Quand on gagne à un jeu, on a tendance à dire que c’est parce qu’on a su faire preuve de stratégie, et quand on perd, c’est juste à cause du hasard…

Il est impératif de bien suivre le jeu des autres, de leurs achats en héros et merveilles qui changent le jeu et apportent des avantages considérables.

Non, Mare Nostrum n’est pas un jeu d’échecs, dans lequel les deux adversaires ont pareille force. Et encore, ce n’est pas vrai puisque blanc commence toujours. Donc il créé le déséquilibre. Pareil dans Mare Nostrum. Le déséquilibre est inné, c’est aux joueurs d’y remédier.

Autre petit conseil: pour ouvrir les hostilités, n’attendez pas le milieu de partie ou pire, la fin de partie. Ca sera déjà trop tard. Mare Nostrum est avant tout un jeu de conquête. Commencez rapidement à vous armer, à vous étendre, au risque de laisser vos voisins se renforcer et vous claquemurer dans des stratégies pacifiques, économiques, souvent vouées à l’échec.

Attention, soyons clairs, je ne dis pas que la victoire militaire est plus facile que toutes les autres. Mais comme toutes les autres nécessitent aussi des conquêtes, il faudra savoir faire preuve de belligérance. Et rapidement.

Et à combien y jouer?

Je conseille la configuration à 4 ou 5 joueurs. A 3, même si le plateau est réduit, les interactions sont moindres. A 5 c’est le must, c’est là que le jeu prend toute sa saveur épique et tendue. Et le temps de jeu n’est pas forcément plus long ou plus lent.

Mundus?

Oui, si vous connaissez Mundus Novus sorti en 2011 chez Asmodée, créé par Serge Laget et Bruno Cathala, vous reconnaîtrez la phase de commerce de Mare Nostrum. Elle en a été extraite du jeu de 2003 pour en faire un jeu à part (et que j’ai trouvé très creux). Donc non, ce n’est pas l’édition de 2016 qui a copié Mundus Novus de 2011, mais plutôt… Oh là, je commence à avoir mal à la tête, je vais aller m’allonger.

Il y a déjà une extension, Atlas, bourrée de mini-extensions, dont la possibilité de jouer à 2 uniquement (les Guerres Puniques), de rajouter un 6e joueur ou de rajouter des héros. On peut très bien jouer à Mare Nostrum sans cette extension, mais ça serait dommage de s’en priver puisqu’elle apporte encore plus plus plus de rejouabilité.

Par le blog Gus&Co, le 03/08/2016
Chimère
9/10
Le jeu le plus crucial de l'été 2016

Chimère est sorti fin juin 2016 chez les tous jeunes éditeurs de Game Flow. Créé par Clément Leclercq et Roméo Hennion, auto-éditeurs et extrêmement sympathiques. Et magnifiquement illustré par Biboun.

Chimère se joue de 2 à 5 joueurs, avec un optimum à 4. D’une durée de 30 minutes, dès 10 ans.

Dans Chimère, les joueurs ont une année / quatre saisons pour réaliser une créature magique, onirique, fantastique, chimérique, pour la présenter ensuite au roi et ramasser tous les honneurs. Cette créature est composée d’une tête, d’un corps et d’une queue, un gros mélange entre de véritables animaux.

A chaque saison les objectifs / contraintes sont différents. En été, c’est le joueur qui aura créé la créature la plus agressive qui remportera des points. En hiver, ça sera pour la plus belle. Ces critères sont tirés au hasard en début de partie, ça change donc à chaque fois.

Un thème superbement bien rendu. On se prend vraiment au jeu, et c’est surtout une fois sa plus belle créature achevée qu’on peut l’apprécier à sa juste valeur. Autrement dit, un gros mélange WTF jubilatoire.

Et comment on joue?

On pose les critères visibles sur les quatre saisons, pour indiquer les objectifs pour l’année / partie.

Chaque joueur dispose de quatre emplacements par saison découpé en trois parties, tête corps queue.

Chaque joueur dispose de trois tas de pièces de créatures face cachée.

Une fois la mise en place effectuée, c’est parti! Et ça devient frénétique. Chaque joueur retourne une pièce de l’un de ses tas, ou sur l’un de ses voisins. Il doit ensuite soit la poser sur l’un de ses quatre emplacements, soit la poser sur l’un de ses voisins. Pour pourrir leurs créations. Malin.

Quand tous les joueurs ont fini leurs quatre compositions, on passe ensuite à la deuxième phase de jeu, le réaménagement. Chaque joueur peut intervertir des pièces sur ses quatre saisons pour tenter d’optimiser le tout et remplir les conditions énoncées. Avec un sablier et une course pour tendre le tout.

Puis c’est au tour de la troisième phase, la résolution. Saison après saison, on oppose les créatures aux objectifs pour remporter les PV.

Le jeu se joue ainsi trois fois de suite.

Pour faire simple, Chimère, c’est du Galaxy Trucker pour sa pioche simultanée hystérique, avec encore plus d’interaction puisqu’on peut pourrir le vaisseau la créature de ses voisins. Savoureux. (((Surtout quand on est un gros enfoiré.)))

Et côté matos?

Petite boîte remplie à craquer des pièces d’animaux en carton dur. Mais vraiment à craquer. Certains éditeurs auraient préféré vendre une grosse boîte au thermo (pratique), mais Game Flow, pour son tout premier jeu, a préféré la densité. Du coup ça déborde.

Les illustrations de Biboun sont juste excellentes, d’autant qu’il aura fallu en réaliser une craquée pour tous les animaux.

Pour leur tout premier jeu, Game Flow a cogné fort côté matériel.

Alors, c’est bien?

Oui, très.

Chimère est un excellent jeu de rapidité, d’observation, d’optimisation. De stress, surtout, et de pourrissage, aussi, beaucoup. Vraiment très très bon, ce qui en fait l’un des meilleurs jeux de l’été 2016. Le plus crucial. Frais, interactif, original, tendu, beau, il mérite qu’on s’y attarde.

Mais à 3-4 joueurs. On peut y jouer à 2, mais c’est bof. A 5 c’est le chaos total, même si c’est très fun.

Encore inconnu de la scène ludique, Game Flow ne dispose évidemment pas de la même puissance de frappe de comm qu’un gros éditeur, avec le risque majeur et évident que leur jeu passe inaperçu, entre la moiteur de l’été et les autres sorties. Et ça serait vraiment dommage de s’en priver.

Par le blog Gus&Co, le 28/07/2016
Voir de 1 à 6 (sur 14 critiques) Page :  1  2  3  [Suite >>] 
plus
Vide...
INFORMATION
Moyen de paiement
Marque d'acceptation
Partenaire
plus
La Révolte Ethérique : Deck De Planeswalker Tezzeret
La Révolte Ethérique : Deck De Planeswalker Tezzeret
13.90EUR
La Révolte Ethérique : Deck De Planeswalker Ajani
La Révolte Ethérique : Deck De Planeswalker Ajani
13.90EUR
La Révolte Ethérique : 1 Booster
La Révolte Ethérique : 1 Booster
3.80EUR
La Révolte Ethérique : Boite De 36 Boosters
La Révolte Ethérique : Boite De 36 Boosters
122.00EUR
Guildes Bad Taste Games
Guildes Bad Taste Games
17.90EUR
Ultimate Guard Tarot Deck Case 70+ Noir
Ultimate Guard Tarot Deck Case 70+ Noir
2.21EUR

Bruce Lee statuette 1/12 Official Bruce Lee 18 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
95.10EUR

Gears of War 4 figurine Color Tops JD Fenix 18 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
25.45EUR

The Legend of Zelda Skyward Sword statuette PVC 1/7 Link 20 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
205.58EUR

Miss Peregrine et les Enfants particuliers Figurine POP! Movies Vinyl Emma Bloom 9 cm ---
14.22EUR

Arrow Figurine POP! Television Vinyl The Arrow 9 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
13.73EUR

Gilmore Girls POP! TV Vinyl Figurine Lorelai Gilmore 9 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
14.22EUR

Star Wars Rebels POP! Vinyl Bobble Head Ahsoka 9 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
16.27EUR

DC Comics Bombshells statuette Holiday Wonder Woman 27 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
93.71EUR
Ultimate Guard French Tarot Deck Case 80+ Noir
Ultimate Guard French Tarot Deck Case 80+ Noir
2.21EUR

Marvel Comics figurine 1/4 Deadpool 45 cm --- EMBALLAGE ENDOMMAGE
135.72EUR
Star Wars L'Ere De La Rebellion : Bastions De La Résistance
Star Wars L'Ere De La Rebellion : Bastions De La Résistance
42.95EUR
Star Wars L'Ere De La Rebellion : Alliés De Circonstances
Star Wars L'Ere De La Rebellion : Alliés De Circonstances
32.95EUR
Star Wars Force Et Destinée : Chroniques Du Gardien
Star Wars Force Et Destinée : Chroniques Du Gardien
32.95EUR
Star Wars Destiny : Booster L'Ame De La Rébellion
Star Wars Destiny : Booster L'Ame De La Rébellion
2.90EUR
Guardians Chronicles : La Boite de Base

Guardians Chronicles : La Boite de Base


65.00EUR 44.90EUR

Gangs Of Lamas

Gangs Of Lamas


9.00EUR 4.50EUR

Crimebox Paranormal

Crimebox Paranormal


7.95EUR 4.50EUR

Praetor Version Française

Praetor Version Française


39.90EUR 24.00EUR

Start Player

Start Player


10.90EUR 6.50EUR

Helios version Française

Helios version Française


45.00EUR 24.90EUR

Dobble Chrono

Dobble Chrono


20.00EUR 17.50EUR

Thunderstone - Le Pic du Dragon

Thunderstone - Le Pic du Dragon


45.00EUR 41.90EUR

Mystère A L'Abbaye

Mystère A L'Abbaye


46.15EUR 40.70EUR

Guerre Froide : CIA vs KGB

Guerre Froide : CIA vs KGB


13.00EUR 12.20EUR

The Island

The Island


35.00EUR 30.90EUR

Trajan

Trajan


42.50EUR 41.50EUR

Le Seigneur des Anneaux JCE - Khazad Dum

Le Seigneur des Anneaux JCE - Khazad Dum


30.00EUR 26.90EUR

Blood Bowl team Manager VF

Blood Bowl team Manager VF


35.00EUR 31.90EUR

Mundus Novus

Mundus Novus


25.00EUR 21.89EUR

Thunderstone Extension - Légion de Doomgate

Thunderstone Extension - Légion de Doomgate


30.00EUR 27.90EUR

Batailles de Westeros : Gouverneurs du Nord

Batailles de Westeros : Gouverneurs du Nord


30.00EUR 27.50EUR

Régents

Régents


38.00EUR 34.90EUR

Batailles de Westeros : Gouverneurs de l'Ouest

Batailles de Westeros : Gouverneurs de l'Ouest


30.00EUR 27.50EUR

Batailles de Westeros VF

Batailles de Westeros VF


80.00EUR 71.90EUR

Warhammer Invasion JCE - La Marche des Damnés

Warhammer Invasion JCE - La Marche des Damnés


30.00EUR 26.90EUR

Smallworld - Même Pas Peur !

Smallworld - Même Pas Peur !


18.00EUR 15.90EUR

L'Ile Interdite

L'Ile Interdite


27.00EUR 24.20EUR

Water Lily

Water Lily


30.00EUR 26.90EUR

Thunderstone VF

Thunderstone VF


40.00EUR 36.90EUR

Mémoire 44 - Breakthrough

Mémoire 44 - Breakthrough


28.70EUR 26.18EUR

Warhammer Invasion JCE - Assaut sur Ulthuan

Warhammer Invasion JCE - Assaut sur Ulthuan


30.00EUR 26.90EUR

Pique Plume

Pique Plume


33.00EUR 30.50EUR

Smallworld - Honneur aux dames !

Smallworld - Honneur aux dames !


10.03EUR 7.79EUR

Ad Astra VF

Ad Astra VF


50.00EUR 45.90EUR

Trader

Trader


15.00EUR 13.15EUR

Smallworld VF

Smallworld VF


48.20EUR 43.50EUR

Mémoire 44 - Théatre Méditerranéen

Mémoire 44 - Théatre Méditerranéen


29.20EUR 25.90EUR

En Garde

En Garde


19.90EUR 19.90EUR

Blackrock City

Blackrock City


18.39EUR 7.95EUR

Ovo

Ovo


30.90EUR 16.50EUR